Bioderma - Woman protecting from the sun

Voilà pour les côtés positifs ! Mais le revers de la médaille est sévère : l'exposition au rayonnement solaire a de très nombreuses conséquences néfastes sur la peau et sur la santé.

Une attitude responsable passe aujourd'hui obligatoirement par une protection solaire efficace, à adapter en fonction de l'intensité du rayonnement et de son type de peau. La peau des enfants nécessite une protection spécifique, tout comme les peaux lésées ou abîmées dont les marques pourraient se pigmenter au soleil.

Comment fonctionne le rayonnement solaire ?

Le soleil émet une infinité de rayonnements lumineux de longueurs d'onde différentes, des plus courtes aux plus longues, on distingue ainsi : les rayons cosmiques, les rayons gamma, les rayons X, les ultraviolets (UV) constitués des UVC, des UVB et des UVA, le rayonnement visible, les infrarouges (IR) et les ondes radio.

La partie la plus dangereuse du rayonnement solaire est filtrée par l'atmosphère. Deux tiers de ce rayonnement parvient sur la Terre. Les rayonnements cosmiques, les rayons gamma, les rayons X et les UVC incompatibles avec la vie n'atteignent pas sa surface. Les rayonnements qui parviennent jusqu'à nous (UVB, UVA, rayonnement visible et infrarouges) influent sur l'organisme. Les infrarouges dégagent de la chaleur, ce sont eux qui provoquent la sensation de chaleur sur la peau, au contraire des UVB et des UVA qui sont invisibles et froids mais ont une importante action biologique.

Pourquoi se protéger du soleil ?

Le rayonnement solaire a des effets destructeurs sur la peau qui vont de l'érythème solaire (le coup de soleil) au vieillissement cutané accéléré et aux cancers cutanés. L'exposition au soleil est la première cause des cancers cutanés, la conséquence la plus grave de l'irradiation. Mais il faut aussi tenir compte des risques de coup de chaleur, d'insolation, de photosensibilisation, d'ophtalmie et d'allergie solaire…

  • Les UVB sont arrêtés à 85 % par l'épiderme, seuls 15 % atteignent le derme.

Leur quantité dépend de la saison, de l'altitude et de l'heure de la journée. Ce sont eux qui provoquent le bronzage et le « coup de soleil » qui est un signal d'alarme naturel de la peau indiquant un excès d'UVB. L'effet majeur des UVB à long terme est l'effet cancérigène.

 

  • Les UVA pénètrent profondément dans la peau, puisque 50 % des UVA atteignent le derme.

Ils sont présents toute l'année, ils traversent les nuages et les vitres. Ils sont responsables du vieillissement cutané (photovieillissement) et induisent la formation de radicaux libres qui s'attaquent aux structures cellulaires et à l'ADN. Ils ont une action cancérigène mais dans une moindre mesure que les UVB.

Sunbrun skin graphic

Le rayonnement des UV dépend de la surface de la terre qui va être rencontré

Différentes zones diffusent des quantités variables :

- La neige réfléchit 80% des rayonnements UV environ, le sable 15%, l'eau 25%.

- À 40 cm de profondeur sous l'eau, l'exposition au rayonnement UV est encore environ 40% de celle de la surface !

UVA et UVB sont responsables des cancers cutanés car ils affaiblissent les défenses immunitaires de la peau, provoquent un stress oxydatif important et génèrent des lésions de l'ADN qui peuvent entraîner l'apparition de cellules cancéreuses.

Toutes les peaux ne réagissent pas de la même manière face au rayonnement solaire car chaque individu dispose d'une photosensibilité propre, caractérisée par son phototype. Le phototype est la qualité de la réponse d'une personne à l'action des rayons du soleil. Il existe 6 phototypes déterminés en fonction de la carnation, de la couleur des cheveux, de la présence ou non d'éphélides (taches de rousseur), de la capacité de l'individu à être victime de coups de soleil ou au contraire sa capacité à déclencher un bronzage.

  1. Phototype I : peau laiteuse (rousse), brûle toujours, ne bronze jamais, très nombreuses taches de rousseur.
  2. Phototype II : peau claire, brûle toujours, peut acquérir un léger hâle, nombreuses taches de rousseur.
  3. Phototype III : peau claire à mate, brûle fréquemment, bronze toujours (bronzage clair à moyen), possibles taches de rousseur.
  4. Phototype IV : peau mate, brûle rarement, bronze toujours (bronzage foncé), pas de taches de rousseur.
  5. Phototype V : peau brune, ne brûle jamais, bronze toujours (bronzage très foncé), pas de taches de rousseur.
  6. Phototype VI : peau noire, ne brûle jamais, pas de taches de rousseur.


Plus votre phototype est clair (phototype III et surtout I et II), plus vous devez utiliser un photoprotecteur élevé.

Your skin - hands skin colors

Comment fonctionne le bronzage ?

Déclenché essentiellement par les UVB sous le soleil « naturel », le bronzage est une réaction d'adaptation, de défense de la peau face à l'agression du soleil, mais il ne constitue pas un bouclier infranchissable. Le fait d'être bronzé protège souvent du coup de soleil mais ne doit pas inciter à poursuivre les expositions de façon immodérée qui, elles, sont responsables des effets à long terme (cancers de la peau notamment).

L'exposition au soleil active les mélanocytes qui fabriquent de la mélanine pour se défendre de l'agression. La mélanine migre vers la surface de la peau. Parallèlement, la peau s'épaissit (augmentation de l'épaisseur de la couche cornée), apportant un effet protecteur qui s'ajoute à celui de la pigmentation. Attention, les UVA provoquent une pigmentation immédiate qui dure seulement quelques heures, ce n'est pas du bronzage mais une oxydation, visible juste après l'exposition solaire. Les UVB sont les seuls responsables du « vrai » bronzage qui débute 2 à 3 jours après l'exposition et atteint un maximum après 3 semaines d'exposition. 

Les produits de photoprotection ont pour mission de filtrer à la fois les UVB et les UVA, avec un bon équilibre entre les deux. Leur pouvoir filtrant est défini par un indice de protection, le SPF (Sun Protection Factor). Ce SPF doit être choisi en fonction du phototype et de l'intensité du rayonnement solaire (mer, montagne…).
. SPF 6 = protection faible SPF 15 = protection moyenne SPF 30 = haute protection
. SPF 50+ = très haute protection

Il faut aussi choisir la texture du produit, celle que vous aimez et qui va favoriser la meilleure régularité dans l'application, car il faut renouveler l'application toutes les 2 h pour garantir une bonne efficacité. Enfin, certaines formules résistent à l'eau ou accélèrent le bronzage pour réduire le temps d'exposition.

Skin graphic - sun protection

Quelles conséquences a le soleil sur le vieillissement ?

Selon les spécialistes*, 80 % du vieillissement du visage est causé par l'exposition au soleil ! Le vieillissement lié à l'exposition au soleil est appelé héliodermie.

Il se manifeste par des rides profondes, des taches pigmentées et des télangiectasies, une dilatation visible des petits vaisseaux sanguins sous la peau. Ce type de vieillissement accéléré concerne davantage toutes les zones fréquemment exposées, comme le visage, le dos des mains, les avant-bras, le décolleté… Les UVB et les UVA altèrent gravement les cellules de la peau, détruisent le collagène et l'élastine et peuvent être à l'origine du développement de tumeurs cancéreuses. Toutes les raisons sont bonnes pour adopter une attitude de bon sens face au soleil et se protéger à chaque exposition.

*Gilchrest BA et al, Effect of chronologic aging and photoaging: an overview., J Am Acad Dermatol, 1989; 21(3 Pt 2): 610-3

Hour
  • Évitez les phases d'exposition où le rayonnement du soleil est le plus intense. Plus le soleil est haut dans le ciel, plus le rayonnement ultraviolet est important. En été, en Europe occidentale, cette phase se situe entre 11 h et 16 h.
  • Plus généralement, il est déconseillé de rester sur la plage la journée entière.
Body areas
  • Utilisez des lunettes de soleil enveloppantes à fort indice anti-UV, un chapeau à large bord, des vêtements amples et, si possible longs (t-shirt à manches longues et bermuda ou pantalon). Rappelez-vous que les vêtements, surtout de couleur foncée, restent la plus efficace des protections !
  • Si les températures sont élevées, craignez autant le coup de chaleur que le coup de soleil pour votre enfant. Pensez à le faire boire très régulièrement.
Sun
  • Ne vous fiez pas à vos impressions. Étant donné que ce sont les infrarouges qui provoquent la sensation de chaleur et non pas les UV, il est tout à fait possible d'être victime d'un coup de soleil sans avoir eu le sentiment de s'exposer inconsidérément (comme par exemple sur un bateau ou sous un ciel d'été couvert).
  • Méfiez-vous du vent et de l'eau qui suppriment les signaux d'alerte liés aux infrarouges en diminuant la sensation de chaleur, les UV sont toujours là !
  • En montagne, le danger existe même quand les températures sont très basses. En effet, le bouclier constitué par l'atmosphère diminue du fait de l'altitude donc le soleil est plus agressif (la quantité d'UVB reçue par la peau augmente de 4 % par palier de 300 mètres). De plus, la réverbération sur la neige augmente considérablement les rayonnements ultraviolets parvenant jusqu'à la peau (la neige peut réfléchir 80 % des UV qui l'atteignent).
Seasons
  • Un temps couvert n'autorise pas à être moins vigilant par rapport au soleil. En effet, les nuages laissent passer beaucoup plus d'UV que d'infrarouges et de lumière visible. Ainsi, la température et la luminosité peuvent baisser sans que les risques liés aux rayonnements ultraviolets ne soient réduits.
  • Préférez l'ombre au soleil, tout en étant conscient que celle-ci ne constitue pas une protection infranchissable. En effet, l'ombre protège du rayonnement solaire direct mais pas du rayonnement solaire réfléchi par le sol (l'herbe renvoie 3 % des UV qui l'atteignent, le sable de 5 à 25 %, la neige de 30 à 80 % et l'eau de 5 à 90 %) et pas non plus du rayonnement solaire diffusé par les particules en suspension dans l'atmosphère (à midi, 30 à 50 % des UV reçus sont dus à des rayonnements diffusés par les molécules atmosphériques).
Pills

Ne vous exposez jamais après l'application de parfum ou lors de la prise de certains médicaments sans demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.